Actualités du Docteur Runge

Tout savoir sur la réduction mamaire à Beauvais | Dr Runge

La réduction mammaire : Résultats et prise en charge

De nombreuses femmes sont gênées par des seins lourds ou flasques, que les raisons soient esthétiques, médicales, ou autres. Ce phénomène peut provoquer des douleurs au niveau des épaules et du dos, avec un retentissement psychologique non négligeable.

Dans ce cas, la chirurgie de réduction mammaire est souvent envisagée. À quels résultats peut-on s’attendre et pour quels prix ?

Indications de la réduction mammaire

Une hypertrophie mammaire est la principale justification d’un recours à la réduction mammaire. Cette disproportion du volume des seins par rapport à la silhouette est la conséquence d’une hypertrophie de la glande mammaire d’ordre congénitale ou hormonale avec, assez souvent, une intrication avec un surplus de graisse. Elle s’accompagne presque toujours d’une ptose mammaire (affaissement des seins) et parfois d’une asymétrie. Une poitrine trop lourde peut également occasionner des douleurs lombaires. L’unique moyen de pouvoir corriger ce défaut est la réduction mammaire, une opération de chirurgie plastique destinée à diminuer le volume des seins, à remonter la poitrine et à symétriser le tout.

L’intervention en bref

Une réduction mammaire se déroule sous anesthésie générale et dure deux à trois heures.

Le chirurgien pratique 2 incisions : la première autour de l’aréole et la deuxième verticalement de l’aréole jusqu’au pli en dessous du sein. Il retire l’excès de peau et/ou de tissu glandulaire. Enfin, il repositionne la peau, le mamelon et l’aréole.

L’opération dure entre 1h30 et 2h. Un pansement en forme de soutien-gorge est posé sur votre poitrine en fin d’intervention.

L’hospitalisation se fait sur 1 à 2 jours selon les cas.

Résultats de la réduction mammaire

Il faut patienter environ 12 mois avant d’obtenir le résultat définitif d’une réduction mammaire pour hypertrophie. La poitrine est alors plus galbée, symétrique, naturelle et harmonieuse. Sa forme et son galbe se dessinent déjà immédiatement après l’intervention, mais l’aspect des seins est plus bombé qu’il ne le sera plus tard en raison de la présence d’un œdème.

Il faut laisser le temps à la cicatrisation d’arriver à maturité. On surveillera les suites de l’intervention (évolution cicatricielle notamment) durant 3 à 12 mois. Les seins conservent leur naturel et leur sensibilité aux variations hormonales.

Quelques imperfections sont possibles et peuvent concerner notamment l’évolution des cicatrices, variable d’une patiente à l’autre. En effet, comme pour toute cicatrisation, elles gonflent légèrement au cours des 2 ou 3 premiers mois et prennent une teinte rosée : c’est ce qu’on appelle l’hyperplasie physiologique de toute cicatrice. Cet aspect s’estompe au fil du temps, devenant très peu visible. Toutefois, certaines cicatrices peuvent rester élargies, évoluer vers un mode chéloïdien (cicatrice en relief), ou mal se recolorer en étant plus claires ou plus foncées (cicatrices dyschromiques).

L’asymétrie dans le volume, la taille ou la hauteur des seins, voire dans la position des aréoles, sont rares avec un chirurgien plasticien expérimenté. Ces imperfections peuvent être corrigées facilement sous anesthésie locale, si besoin, après avoir attendu la maturité cicatricielle (10 à 12 mois).

Tarifs et prise en charge par la sécurité sociale

Comme toute intervention chirurgicale, la réduction mammaire demande un budget assez conséquent. En effet, les prix d’une réduction mammaire sont compris entre 1 500 et 2 500 euros, TVA comprise.

Heureusement, la réduction mammaire est prise en charge par l’Assurance Maladie. Cette prise en charge est automatique en cas d’hypertrophie mammaire avérée nécessitant le retrait de plus de 300g par sein, ce qui correspond en général à la diminution d’un ou de deux bonnets.

Dans ce cas, c’est le chirurgien esthétique qui détermine la prise en charge de la diminution mammaire. Une partie de l’intervention de l’hypertrophie mammaire est donc prise en charge par la Sécurité Sociale.

Les cas de prise en charge par la sécurité sociale sont toutefois restreints et sont liés à des patientes qui peuvent justifier d’une réduction de 300 grammes par sein.

La patiente reste toutefois redevable des honoraires du chirurgien et de l’anesthésiste, frais qui peuvent être remboursés en partie, ou entièrement, par les mutuelles santé.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles
Loading...

Commentaire