Actualités du Docteur Runge

Éviter coques mammaires dr Runge

Comment éviter les coques mammaires ?

A la suite d’une intervention d’augmentation mammaire par implant, il est possible qu’apparaisse une coque, également appelée contracture capsulaire ou coque périprothétique (autour de la prothèse). Bien que cette complication soit rare, elle peut malgré tout survenir. Voici tout ce que vous devez savoir sur les coques mammaires et quelques conseils pour prévenir leur apparition.

Définition : qu’est-ce qu’une coque mammaire ?

La coque mammaire, ou contracture capsulaire, correspond à une réaction inflammatoire physiologique de l’organisme à la présence de l’implant mammaire, donc après une chirurgie des seins par prothèses.

La coque peut se former à la suite d’une réaction fibreuse qui encapsule l’implant et l’emprisonne. On parle aussi de membrane d’exclusion. Celle-ci, par un mécanisme inflammatoire, peut être amenée à se contracter et donc être à l’origine d’une dureté, voire d’une déformation inesthétique du sein, ainsi que de douleurs.

Contrairement à il y a quelques années et du fait des nombreux progrès en chirurgie esthétique, la formation de coque mammaire est peu répandue (entre 1 et 5% selon les études). Le risque est par ailleurs diminué en cas de pose des prothèses en position rétromusculaire (sous le muscle pectoral du fait de sa grande vascularisation).

A noter qu’une coque n’est pas spécifique à la chirurgie mammaire, elle peut faire son apparition dès qu’un corps étranger est introduit dans l’organisme (pace maker, cathéter veineux, etc.).

Le diagnostic de la coque mammaire avec votre médecin

Le diagnostic de la coque mammaire est clinique. L’examen morphologique (échographie) n’est pas nécessaire. Le Dr Runge peut déceler une contracture capsulaire lors d’un examen médical et même évaluer son stade selon la classification de Baker :

  1. La consistance du sein est sans particularité (stade 1)
  2. Le sein est plus dur que d’habitude (stade 2)
  3. La poitrine est dure, figée et l’implant est peu mobile (stade 3)
  4. Le sein est dur voire inflammatoire et douloureux (stade 4).

Contracture capsulaire : quels traitements ?

Le traitement d’une coque mammaire est celui de la cause. Il n’existe pas de solution thérapeutique médicamenteuse ni de soin particulier pour améliorer l’apparence de la contracture musculaire. Seule une réintervention chirurgicale peut traiter les coques, en particulier lorsqu’elles sont sévères (à partir du stade 3).

Dès lors, il est vivement conseillé de recourir à une reprise chirurgicale afin de retirer la coque et de remplacer l’implant mammaire. Le Dr Runge vous proposera alors un implant moins volumineux pour qu’il soit mieux accepté par votre corps.

Il est aussi préférable de mettre en place des prothèses mammaires pré remplies de gel de silicone dotées d’une couverture en polyuréthane apparemment associées à un taux de coque moins important sur le long terme.

Dans tous les cas, il est important de souligner que, même après un changement d’implant pour coque, le risque de récidive est plus important que le risque initial. On parle alors de “coque secondaire”.

Quelles solutions pour éviter les coques mammaires ?

Si les contractures capsulaires sont imprévisibles et peuvent survenir au bout de quelques semaines comme après plusieurs années, les éviter passe par la prévention.

Pour limiter cette complication, les patientes sont invitées à se masser les seins 10 à 15 minutes chaque jour en prévention. Certains experts estiment aussi qu’il est préférable d’utiliser des implants texturés (surface irrégulière) plutôt que lisses afin de limiter les risques.

Enfin, comme expliqué précédemment, l’idéal est d’utiliser dès le départ des prothèses pré remplies de gel de silicone et recouvertes d’une couche de polyuréthane.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles


3 votes
Moyennes : 5,00 sur 5
Loading...

Commentaire