Actualités du Docteur Runge

implant mammaire percé dr Runge

Comment savoir si un implant mammaire est percé ?

La rupture d’une prothèse mammaire est une complication possible par suite d’une augmentation des seins par implants. Celle-ci peut survenir sur les prothèses remplies d’une solution saline comme sur celles en gel de silicone. Le Dr Runge vous explique comment savoir si votre implant mammaire et percé et surtout quelle conduite tenir.

La rupture d’implant mammaire : de quoi s’agit-il ?

La chirurgie mammaire peut prendre différentes formes : lipofilling des seins, réduction mammaire, augmentation mammaire par prothèses, etc. Dans ce dernier cas, l’objectif est d’augmenter le volume de la poitrine grâce à la mise en place d’implants.

Il peut arriver que ces derniers se rompent. Il s’agit toutefois d’un phénomène très peu répandu, en particulier depuis le remplacement des prothèses remplies de sérum physiologique par des implants en silicone de nouvelle génération.

Les causes d’une rupture d’implant mammaire

Différents facteurs peuvent favoriser la rupture des implants. Il y a tout d’abord le facteur temps qui joue un rôle essentiel. Plus la prothèse est ancienne, plus le risque est grand.

La rupture d’un implant peut également faire suite à un traumatisme violent (une piqûre accidentelle, un choc…) ou être la conséquence d’une contracture capsulaire (ou coque mammaire), d’une compression au cours d’une mammographie, de dommages causés par des instruments chirurgicaux ou encore d’un remplissage excessif ou d’un sous-remplissage des prothèses avec une solution saline.

Les conséquences d’un implant percé

Une rupture d’implant mammaire prend la forme d’une déchirure ou d’un trou dans l’enveloppe extérieure de la prothèse. Les conséquences peuvent donc varier en fonction de ce qu’elle contient.

Rupture d’un implant mammaire rempli de solution saline

Dans le cas d’une déflation d’un implant rempli de solution saline (sérum physiologique), celui-ci va se dégonfler plus ou moins rapidement. La solution saline va alors s’échapper de l’enveloppe.

Cependant, le liquide se résorbera naturellement dans votre corps et n’entraînera pas de complication à l’exception d’une poitrine inesthétique.

Lors d’une rupture d’un implant mammaire rempli de sérum physiologique, le dégonflement de la prothèse est rapide et généralement intégral. Le diagnostic est donc aisé et le plus souvent réalisé par la patiente elle-même.

Rupture d’un implant mammaire rempli de gel de silicone

Ce n’est pas le même processus lors d’une rupture d’un implant mammaire rempli de gel de silicone, plus épais que le sérum physiologique. Le phénomène passe même souvent inaperçu jusqu’à un certain stade. En effet, le gel de silicone reste dans l’enveloppe ou dans le tissu cicatriciel formé autour de la prothèse (rupture intra-capsulaire). Seul un examen d’imagerie peut déceler l’anomalie.

Si le gel se diffuse dans l’organisme, la patiente peut rencontrer différents symptômes : douleurs ou sensibilité du sein, fourmillements, engourdissement, gonflement, modification de la taille du sein ou de sa forme, apparition de ganglions de l’aisselle, durcissement du sein…

Que faire en cas de rupture et de fuite de prothèse mammaire ?

Toute modification de la texture ou de la forme des seins doit alerter les patientes, de même que l’apparition de vagues, de coques ou d’éléments anormaux. Quel que soit le stade de rupture des prothèses, vous pouvez envisager leur remplacement ou simplement décider de les retirer. A noter qu’il est parfois intéressant de remplacer le volume des implants par une injection de la graisse autologue (lipofilling mammaire).

Par ailleurs, sachez que si la pose d’implants mammaires n’est que très rarement prise en charge par l’Assurance Maladie, les complications qui en résultent, à l’instar d’une fuite de gel silicone ou d’une menace imminente de rupture, sont couvertes.

Rupture ou fuite de prothèse mammaire : miser sur la prévention

Certains examens de contrôle sont importants pour anticiper les risques de fuite. Une consultation régulière (annuelle) avec le Dr Runge et/ou le gynécologue permet de tranquilliser la patiente. Au moindre doute, des examens plus poussés sont prescrits, comme une échographie ou une mammographie.

Il est dans tous les cas indispensable de changer de prothèses mammaires tous les 10 ans.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles


3 votes
Moyennes : 5,00 sur 5
Loading...

Commentaire